AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ANDREA (+) I can't make it all make sense...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatarMESSAGES POSTÉS : 346
INSCRIT LE : 24/08/2014
AGE : 33


.

∞ journal intime
ÂGE: Vingt-huit ans
RP : open, envoie un mp !
RELATIONS:

MessageSujet: ANDREA (+) I can't make it all make sense... Mar 16 Sep - 21:18


Andrea & Salomé
I can't make it all make sense...
« Non, c’est pas possible… » Voici les premiers mots qui s’échappèrent de ma bouche tandis que je voyais cette silhouette qui me paraissait étrangement familière non loin du tas de débris difformes qu’était devenu l’ancien immeuble où j’avais habité pendant quelques mois d’abord avec Andrea, puis seule lorsque celui-ci était décédé. Cela avait été particulièrement difficile d’y retourner après le voyage de noces, après un court passage à l’hôpital pour s’assurer que tout allait bien, mais j’avais su le faire, jusqu’à ce que je n’aie plus le choix de bouger parce que je ne pouvais pas vivre dans des décombres, décombres dues au passage de la tempête il y a quelques semaines de cela. Je ne les avais même pas vues, je n’étais même pas passée sur les lieux depuis mon retour suite à ce court séjour chez mes parents qui m’avaient finalement épargnée de cette catastrophe. Aujourd’hui, c’était la première fois que je passais dans ce coin précis de la ville, intentionnellement, et pourtant, ce n’était même pas cela qui avait attiré mon attention en premier…

Pourquoi avais-je choisi de venir ici ? À vrai dire, je ne savais même pas comment l’expliquer. Ce n’était même pas une obligation, ce n’était même pas quelque chose que j’avais planifié. Je ne saurais même pas dire ce qui m’avait pris, pourquoi, alors que je sortais de l’école, puis que j’étais passée à la station-service pour faire le plein, j’avais finalement décidé de faire ce petit détour qui allait me rappeler des souvenirs aussi heureux que tristes. Peut-être avais-je besoin d’être confrontée à cette réalité qu’était la mienne, purement et simplement. Peut-être avais-je besoin de voir qu’il ne restait presque plus rien de cet appartement dans lequel j’avais vécu tant de bons moments, peut-être sinon que j’avais besoin de me convaincre que ces souvenirs n’étaient pas partis avec le passage de la tempête, qu’il restait toujours quelque chose de ce qui avait probablement été les plus beaux moments  de ma vie…

Peu importe les raisons qui m’avaient poussée à venir dans cet endroit, sitôt que je fus près de ce qui était auparavant un pâté de maisons et d’appartements, j’avais garé la voiture. Je voulais y aller à pied, je ne voulais pas simplement passer avec le véhicule, d’autant plus que ce serait certainement chose compliquée vu que ce n’était pas tout qui était nettoyé. Je me retrouvai alors à marcher, mains dans les poches, regardant les alentours en cherchant l’endroit précis que je cherchais. Puis, c’était là que je l’avais vue, cette silhouette qui ressemblait tant à une personne que j’avais connue que trop bien, une personne que j’avais aimée de tout mon cœur. C’était bien la première fois que cela m’arrivait depuis le décès d’Andrea que j’avais des semblants d’hallucinations, que je croyais voir des gens qui étaient disparus, que mon esprit me jouait des tours aussi irrationnels. Toutefois, si c’était si insensé, pourquoi avais-je un tel pincement au cœur ? Pourquoi je ressentais ce besoin terrible de m’approcher, d’être certaine que je n’étais pas cinglée, que je n’hallucinais pas ? Je ne me comprenais pas , et ce sentiment fut pire lorsque soudainement, dans un hoquet, j’échappai un : « Andrea ? » alors que mon cerveau savait parfaitement que cette personne ne me répondrait pas, ou m’enverrait promener. Pourtant, mon cœur n’en était pas si convaincu, d’où le fait que j’attendis, limite stressée, stressée pour absolument rien, ou pas…

_________________
Tu as toujours su trouver les mots qui me réconfortaient. Tu étais ma joie de vivre. Peux-tu savoir ce que j'éprouve sans toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarMESSAGES POSTÉS : 12
INSCRIT LE : 16/09/2014


.

∞ journal intime
ÂGE: trente deux ans
RP : close, une autre fois !
RELATIONS:

MessageSujet: Re: ANDREA (+) I can't make it all make sense... Sam 20 Sep - 17:05



En arrivant à Lakeview, Andrea avait l'impression que ça faisait des années qu'il n'y avait pas mis les pieds. Tout avait été ravagé par la tempête, et encore il restait plus ou moins des choses qui avaient pu être sauvés ou reconstruits rapidement. Mais malheureusement, ça n'avait pas été le cas de l'appartement d'Andrea et Salomé qui lui, avait été complètement détruit, il ne restait rien à part des murs effondrés, des meubles cassés... En fait, c'était l'hécatombe totale, plus rien n'avait de sens pour lui car tout ce qu'il avait laissé en partant en voyage de noces était parti en fumée. De toute façon, Andrea n'était plus ce qu'il était au début, il avait changé, il était devenu un autre homme, un homme qu'il ne connaissait pas, un inconnu tout simplement. Dans sa tête, ça ne tournait plus rond, il avait perdu la notion du temps et tellement de choses qu'il n'arrivait même pas à se remettre sur pieds. Il était déçu par lui même, il se sentait complètement idiot, complètement inutile car de toute façon, sa vie n'était rien d'autre qu'un mirage. Cinq mois qu'il n'avait pas vu Salomé et pourtant, il ne ressentait rien, il pensait à elle, certes, mais pour le moment, il n'avait pas eu l'occasion de la revoir, il comptait le faire, aller lui rendre visite mais comment savoir où elle se trouvait désormais ? La tempête avait emporté leur appartements, tout ce qu'ils avaient alors comment pourrait-il savoir où elle résidait actuellement. Il avait sa petite idée tout de même, songeant immédiatement à Adam mais il n'avait vraiment pas envie de lui rendre visite pour demander si sa femme était dans les parages car vu son comportement des derniers mois, il ne se sentait pas capable d'agir comme il le faisait avant.

Alors il avait choisi la solution de facilité : l'alcool. Avec une bonne bouteille de whisky, Andrea savait très bien qu'il parviendrait à oublier sa vie complètement merdique pendant le temps d'une soirée, le temps de sa grosse cuite qu'il allait se prendre aujourd'hui. Marchant dans les rues de la ville, sa bouteille à la main, il n'avait même pas l'envie de s'arrêter où que ce soit car de toute façon, il n'avait envie de parler à personne car toutes les personnes qui l'entouraient ne l'intéressaient pas. En fait, Andrea était complètement renfermé sur lui même en ce moment, mais il parvenait à faire des efforts parfois même si c'était difficile. Soudainement, il s'arrêta devant l'appartement qu'il avait jadis habité et resta planté pendant une bonne dizaine de minutes, complètement immobile, ce qui pouvait faire assez peur aux passants qui venaient faire un tour par là. Andrea s'avança pour constater les dégâts, découvrant ainsi des objets qui lui appartenaient, mais des objets détruits, qui n'avaient plus aucune valeur à ses yeux désormais. Alors il se laissa aller au sol, tenant fermement sa bouteille puis bu jusqu'à n'en plus pouvoir, laissant ainsi juste un fond dans le récipient. Il crut même s'endormir pendant un instant mais une voix familière le fit se réveiller doucement, prononçant son prénom, une voix douce et agréable, comme une musique. Il leva brusquement la tête et entendit un petit craquement. Du coup, il passa la main derrière sa nuque pour se faire un petit massage et regarda la personne qui lui parlait : Salomé. "Ooh..." Dit-il en ouvrant grand les yeux. Il ne ressentait aucun plaisir à la voir, il n'était plus lui même avec tout cet alcool dans son sang. "L'adresse indiquée... n'existe... plus." Balbutia-t-il en riant, fier de sa connerie, l'alcool prenant le dessus sur son subconscient. "T'as rien à faire... là." Puis il bu dans sa bouteille, prêt à la finir une bonne fois pour toutes.


_________________

    Quitte à te paraitre sur de moi Je vais t'emmener où personne ne va Tu es de long en large ce que je préfère Quand tout tout d'un coup va mal Une bombe lacrymale Mais comment s'y faire on se préfère Comme on se dit bye bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarMESSAGES POSTÉS : 346
INSCRIT LE : 24/08/2014
AGE : 33


.

∞ journal intime
ÂGE: Vingt-huit ans
RP : open, envoie un mp !
RELATIONS:

MessageSujet: Re: ANDREA (+) I can't make it all make sense... Lun 22 Sep - 11:50


Andrea & Salomé
I can't make it all make sense...
Andrea, ou celui que je pensais être Andrea plutôt, n’eut pas vraiment la réaction à laquelle je m’attendais au moment où je prononçai son nom. Le fait qu’il se retournait me confirmait, en quelques sortes, que c’était bien lui, et il fallut que je me tienne solidement sur mes pieds pour ne pas perdre l’équilibre et tomber par terre sous le choc, mais après, c’était comme s’il ne me reconnaissait pas. Était-ce un homme qui avait environ la même stature et le même nom ? Non, c’était bel et bien lui. Cela se confirma dans ma tête lorsque je finis par croiser son regard, un regard qui ne lui ressemblait pas, comme si ce n’était pas mon mari, mais un autre, qui avait son apparence, sa voix. Cela ne m’empêcha certainement pas de me sentir complètement troublée par tout cela, si bien que j’en perdis le souffle, que je sentis mon cœur se serrer dans ma poitrine avant de battre la chamade, comme s’il voulait sortir de mon corps. Je n’arrivais tout simplement pas à y croire… Après cinq mois à croire qu’il était décédé, à le pleurer chaque jour, il était là, devant moi. Enfin, physiquement, il était là, mais mentalement, je ne le pensais pas. Je le compris surtout quand il me sortit une plaisanterie sur un ton démontrant qu’il était complètement ivre. Enfin, une plaisanterie, c’était un grand mot, puisque cette fameuse blague avait quelque chose d’extrêmement triste, voire de funèbre; il parlait de notre adresse qui n’existait plus, de notre demeure qui n’existait plus. Il l’avait vu comme moi, et visiblement, ça ne le laissait pas indifférent, ou du moins, je ne pensais pas que ça le laissait indifférent.

En revanche, dans ma tête, pour le moment, cet aspect de ma vie, bien que triste, était complètement secondaire. Tout c’à quoi je pensais, c’était lui, le fait que je ne pouvais pas croire qu’il était là. Une partie de moi était heureuse qu’il soit vivant, je n’allais pas le nier, mais en même temps, toutes ces questions se bousculaient dans ma tête, des questions auxquelles je n’aurais visiblement pas de réponse en ce moment, pas dans l’état dans lequel était Andrea. D’ailleurs, c’était horrible de le voir ainsi, et même si je ne savais pas ce qui s’était passé, que je ne le saurais pas maintenant, je ne pouvais m’empêcher de penser que ça avait dû être loin d’être joli, et outre que de me faire un pincement au cœur, cela me mettait tout simplement les larmes aux yeux. Il fallut d’ailleurs que je fasse un effort surhumain pour ne pas laisser ces perles lacrymales s’échapper de mes yeux à ses dernières paroles, moment que je choisis pour finalement m’avancer vers lui et me placer à sa hauteur, le voyant alors plus proche que jamais. Il était mal rasé, il paraissait ne pas s’être lavé depuis des jours et il empestait l’alcool. Ça ne lui ressemblait pas, mais pas du tout… Tentant de faire fi de ce que je considérais comme des détails en ce moment, même si ceux-ci pouvaient en dire beaucoup sur son état d’esprit actuel, je déglutis, puis j’approchai une main tremblante en direction de son visage, posant seulement le bout de mes doigts sur sa joue, comme si je voulais sentir qu’il était réel. Entrer en contact furtivement avec sa peau me le confirma, et à cet instant, il me fallut faire un nouvel effort pour ne pas commencer à pleurer, me jeter dans ses bras, lui dire comment il m’avait manqué. La situation ne s’y prêtait pas; ce n’était pas mon Andrea, celui qui me tenait la main dans cet avion qui nous ramenait d’un voyage de noces parfait que j’avais devant moi. C’était un Andrea qui me semblait perdu comme un enfant qu’on vient de séparer de ses parents, un Andrea qui avait besoin que je l’aide, et qu’importe ce qu’il disait, j’allais l’aider, parce que malgré les évènements, je l’aimais, et je l’aimerais toujours, comme je me l’étais promis, comme je lui avais promis le jour de notre mariage. Apparemment, ces mois séparés l’un de l’autre n’avaient rien changé à cela, puisque j’avais toujours ce désir brûlant de ne pas le voir en détresse comme en ce moment. C’est ce qui expliqua pourquoi, en lien avec ses propos précédents, je finis par lui dire : « Je ne te laisserai pas partir une nouvelle fois, Andrea… » Après, il y avait toujours cette possibilité qu’il le veuille, partir, ne plus me voir, mais ça, c’était une autre histoire à laquelle je ne voulais pas croire, à laquelle je ne voulais pas penser, pas sans avoir tenté de lui venir en aide, de le protéger comme il l’avait fait avec moi. De ma main libre, je tentai alors de lui enlever sa bouteille, ou du moins, tenter de prendre sa main dans la mienne. Je réussis au moins à déposer mes doigts et ma paume sur le dos de sa main, alors que j’ajoutais, tentant toujours de parler doucement, même si ma voix était de plus en plus brisée par l’émotion : « Je suis là… D’accord Andrea ? Je suis là… »

_________________
Tu as toujours su trouver les mots qui me réconfortaient. Tu étais ma joie de vivre. Peux-tu savoir ce que j'éprouve sans toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


.

MessageSujet: Re: ANDREA (+) I can't make it all make sense...

Revenir en haut Aller en bas
 

ANDREA (+) I can't make it all make sense...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Réduction Make up For Ever
» Dave Cousins
» vidéo de Andrea Raducan
» Châteauraynaud et D'Andrea à Albi
» Vends/Ech du lourd : G36K Custom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DIRT ROAD DIARY :: lakeview :: south :: habitations-