AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RURI + Haven't thought of you lately at all

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatarMESSAGES POSTÉS : 39
INSCRIT LE : 10/09/2014


.

∞ journal intime
ÂGE: 32 ans
RP : open, envoie un mp !
RELATIONS:

MessageSujet: RURI + Haven't thought of you lately at all Mar 16 Sep - 22:19


Ruri & Avalon
    haven't thought of you lately at all

Se plonger à corps perdus dans le travail avait été son meilleur exécutoire. L'hôpital avait bien essayé de la forcer à prendre des jours de congés, sans succès. Elle avait réussi à passer deux jours dans son appartement. Deux jours qu'elle avait passé dans la chambre de Tomàs sans manger, sans dormir. Elle ne faisait qu'une chose, encore et toujours : pleurer. Le troisième jour, elle avait repris son poste. Il lui fallait occupée son esprit. Sinon, elle allait tout simplement implosée. D'autant plus avec la présence de Liam en ville. Elle enchaînait les gardes à ne plus compter. Et quand on la forçait à quitter l'hôpital, elle le faisait avec d'autres livres de médecines. C'était l'un des points positifs à son boulot. Il y avait toujours des choses à apprendre. De nouveaux remèdes mis au point, de nouvelles maladies découvertes. Toujours de quoi faire. Elle avait alors dévoré des livres de médecines qui avaient attendus longtemps dans sa chambre. Avant elle n'avait jamais le temps de le faire. Son temps libre, elle le consacrait toujours à Tomàs et elle courrait après ses moments-là. Aujourd'hui, elle avait l'impression de ne pas avoir assez couru après. Son fils lui manquait. Et quand elle y pensait trop, elle avait l'impression que la douleur était si intense qu'elle pouvait étouffer. L'air lui manquait. S'occuper l'esprit était plus facile.

Ce jour-là, on l'avait forcé à prendre un jour de repos. Sois disant qu'elle avait enchaîné trop de garde et que sa tête avait tendance à effrayer ses patients. N'importe quoi... La plupart des clients avaient vraiment une tête horrible. Elle avait finalement compris quand elle avait gagné la salle de repos et croisé son reflet dans le miroir. Ce n'était plus des cernes qu'elle avait autour des yeux, mais des valises. Des valises assez grande pour transporter assez d'affaires pour un mois, sans avoir à faire de machine. Et c'était sans parler du poids qu'elle avait perdue ses dernières semaines. Elle avait réussi à se faire peur à elle-même. Elle avait alors gagner son appartement et son lit. Sans pour autant réussir à fermer les yeux. Duchesse était restée là, collée à elle. A croire que la chatte tentait de l'apaisée avec ses ronronnements. Au bout d'une demi-heure, elle n'y tenait plus et avait fouillée son appartement à la recherche d'un livre qu'elle n'avait pas encore lu. Sans succès. Avec un dernier regard pour Duchesse, elle avait attrapée sa veste et son sac et était sortie. On lui avait depuis un moment parler d'une librairie qu'elle devait à tout prix voir. Elle n'avait jamais eu le temps d'y aller. C'était le moment.

Il ne lui fallut que peu de temps pour y arriver. Avalon s’arrêta un instant devant la vitrine, avant d'entrer à l'intérieur. La décoration en valait vraiment le coup. Un petit cachet ancien et authentique. Le genre d'ambiance qu'elle aimait. Étrange d'ailleurs, quand on pensait à son appartement qui était plutôt moderne. Mais disons que c'était l'image qu'on a tous de ses vieilles bibliothèque. Elle pénétra dans la librairie, faisant tinter la clochette qui était accrochée à la porte. Une femme était au comptoir en face, elle lui tournait le dos pour le moment. Elle se détourna d'elle pour refermer correctement la porte. Lorsque son regard se reporta sur elle, elle eut alors un choc. Mais non, ça ne pouvait pas être elle. Les vêtements, la coiffure, rien ne ressemblait à la femme qui avait été sa meilleure amie. Dans une autre vie. Pourtant son visage, elle ne pouvait s'y tromper. « Ruri ?! C'est vraiment toi ? » La dernière fois qu'elle l'avait vu, c'était tout juste avant que Logan n'aille en prison. Tout juste avant qu'il ne tente de la tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarMESSAGES POSTÉS : 55
INSCRIT LE : 10/09/2014
AGE : 36


.
❧Curiouser & Curiouser

∞ journal intime
ÂGE: 32 ans
RP : open, envoie un mp !
RELATIONS:

MessageSujet: Re: RURI + Haven't thought of you lately at all Sam 20 Sep - 19:12

Avalon & Ruri.
Haven't thought of you lately at all.


Je venais de passer près de deux heures à réaménager ma vitrine, chose qui m'avais permis de ne pas penser à me rencontre avec Estebàn la veille. Cette rencontre avait de quoi me perturber, j'étais entrée dans sa vie sans un mot et en étais partie de la même manière. Je lui avais très certainement gâché les quelques mois qui avais suivis mais après tout, nous n'avions rien en commun, seul l'envie de passer du bon temps sans se prendre la tête nous avais rapproché. J'avais réussis à oublier mon malheur dans ses bras, et finalement mon sens moral m'avais fait retourné auprès de l'homme que j'aimais et qui me tuais à petit feu. Alors ranger ma vitrine, nettoyer les vitres encore et encore avais été une bonne façon de me changer les idées. J'avais depuis quelques temps décider que la vitrine devait être une fenêtre ouverte sur l'âme de Read Me, quand on voyait celle-ci on ne pouvait qu'avoir envie d'en savoir plus sur l'intérieur. Alors j'avais fais de mon mieux pour obtenir ce résultat et cela avait pris deux bonnes heures. J'étais plutôt fière du rendu. Puis j'avais décidé que je méritais largement une tasse de thé.

Assise au comptoir avec une bonne tasse de thé, complètement immergée dans mes pensées et mes souvenirs de la veille, j'en étais encore à me demander si je me réjouissais de cette rencontre ou non lorsque quelqu'un entra. Je posais ma tasse, qui étais froide constatais-je, et allais enchaîner sur mon habituel phrase de bienvenu lorsque je me figeais. L'apparition de cette tête blonde me fis un sacré choc, et je pense que si elle n'avait pas parlé j'aurais certainement cru à un fantôme. « Ruri ?! C'est vraiment toi ? » Mon dieu ce visage torturé qu'elle avait. Les cheveux embrouillés, les valises sous les yeux, le teint blème. J'avais en face de moi la parfaite réplique d'Avalon mon ex-belle soeur et très bonne amie. Mais cette version là faisait peur. Je me mis à sa place quelques années plus tôt, avais un jour ressembler à cette femme? Inconsciemment mes mains se portèrent à me bouche. Le choc me coupa la parole assez de temps pour le rendre désagréable mais finalement mon cerveau me rappela qu'elle avait posé une question et que j'étais censé, comme toute personne polie ce que j'essayais d'être le plus souvent possible par respect envers l'excellente éducation que m'avais délivré mes parents, lui répondre. J'ouvris la bouche mais ma voix resta bloquée. Plusieurs idées de phrases intelligentes me vinrent à l'esprit mais aucune ne me plurent. Alors je tentais un: "Oh mon dieu Ava!  Oh mon dieu!" Bon je pouvais certainement mieux faire mais je n'avais pas pu m'empêcher de dire à voix haute à quel point j'étais choquée. Je tentais de décider si j'étais plus choquée par son apparition ou pour son apparence. Puis je compris que c'est l'apparence qui faisais monter les larmes à mes yeux sans même connaître l'exacte raison de son expression hantée et de ses traits tirés. Tout son être exprimait souffrance et fatigue. Qu'est ce qu'il s'était passé dans la vie de son amie pour qu'elle soit ainsi aujourd'hui. Oh mon dieu avait-elle perdu quelqu'un...?

Je quittais brusquement mon tabouret et mon thé froid pour me jeter littéralement dans les bras d'Avalon. Elle m'avais tellement manqué, mais chez Avalon, ce qui m'avais toujours plu c'était son sourire, sa gentillesse, son humour. Cette bonne humeur ambiante qu'elle trimbalait tout le temps avec elle avait souvent déteint sur moi et je lui avais été si reconnaissante pour ça. Aujourd'hui je n'avais pas le droit d'être celle qui avait besoin de cette aura, j'étais celle qui devais être forte alors je la pris dans mes bras et lui murmurais tendrement à l'oreille: "Ava, mon Ava...que t'est-il arrivé?" Puis ravalant mes larmes et prenant mon courage à deux mains, je lui attrapais le visage et lui offrais un sourire que je voulu le plus réconfortant possible. Elle avait toujours été cette amie forte et j’espérais être à la hauteur pour lui rendre la pareille. Parce que je l'aimais comme une soeur.

Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarMESSAGES POSTÉS : 39
INSCRIT LE : 10/09/2014


.

∞ journal intime
ÂGE: 32 ans
RP : open, envoie un mp !
RELATIONS:

MessageSujet: Re: RURI + Haven't thought of you lately at all Lun 22 Sep - 22:09


Ruri & Avalon
    haven't thought of you lately at all


Comment la vie pouvait-elle se montrer aussi difficile parfois ? A croire que le grand manitou jouait avec des marionnettes et que quand il s'acharnait sur l'une d'entre elle, c'était jusqu'au bout. Il fallait qu'il extrait tout ce qui était bon à extraire de son petit corps fatiguée. On lui prenait son fils et voilà que maintenant, on venait la torturer avec l'autre histoire de sa vie qui la faisait culpabilisée. Non, Ruri ne pouvait pas être ici. Elle ne pouvait même pas lui faire face. Pas maintenant. Elle avait pensée plusieurs fois à revoir son ancienne meilleure amie, elle avait même tout un discours de prêt dans sa tête. Mais là, elle n'était même pas capable de fournir des explications ou des excuses cohérentes. Elle était juste prise au piège. Mais la brune ne semblait pas savoir comment réagir. Mais elle ouvrit finalement la bouche. « Oh mon dieu Ava!  Oh mon dieu! » Elle, elle ne faisait plus appel à Dieu. Plus depuis ma tempête. Elle avait l'impression d'avoir perdue la foi en même temps que son fils. Mais de toute manière, il lui semblait que Ruri ne faisait pas vraiment appel à Dieu. Après tout, cela n'avait jamais été son genre. C'était Ava la croyante du groupe. Du groupe de l'époque. Il lui fallut un temps pour comprendre l'expression du visage de son ancienne amie. Pourtant, c'était le genre de visage qu'elle avait l'habitude de voir. Elle voyait cette expression dans le visage des proches des patients, quand ils voyaient à quel point la personne était malade, affaiblis, à moitié elle-même. Il fallait croire qu'ils avaient raison à l'hôpital. Elle avait une tête à faire peur.

Ruri quitta finalement son tabouret pour franchir les derniers mètres qui séparaient les deux jeunes femmes. Avant même qu'Avalon ne puise esquisser le moindre geste ou le moindre mot, elle était sur elle, la serrant dans ses bras. « Ava, mon Ava...que t'est-il arrivé? » Ça n'avait été qu'un murmure à son oreille, mais cela avait suffit à faire monter les larmes aux yeux d'Ava. Ce robinet se semblait jamais vouloir s'éteindre. Il suffisait toujours de pas grand chose pour qu'elle est de nouveau envie de pleurer. Les larmes étaient bien plus facile que les rires, en ce moment... Elle ne pensa même pas à lui rendre son étreinte, trop abasourdie pour faire autre chose que garder ses bras ballants autour d'elle. Malgré toute les années qui s'étaient écoulés, il avait fallut un quart de secondes à Ruri pour se rendre compte d'à quel point Ava allait mal. Ou cela se voyait bien plus sur son visage qu'elle ne le croyait. Elle pensait réussir à donner le change en se lançant à corps perdus dans le travail, mais elle ne donnait peut-être le change qu'à elle-même. Ruri s'écarte alors un peu d'elle, avant d'entourer le visage du médecin de ses deux mains et de lui faire un sourire. Un sourire qui se voulait réconfortant, Ava le savait. Mais l'expression du visage de Ruri ne fit que faire franchir les derniers remparts qui les retenaient à ses larmes. Elle n'éclata pas en sanglot, mais elle ne chercha pas non plus à cacher ses larmes. Elle se contenta de les laisser couler, tout simplement. « Tomàs... » Se contenta-t-elle de murmurer. Elle était incapable de parler à voix haute pour le moment. Ou de faire une véritable phrase. Le prénom de son fils était tout ce qui parvenait à franchir ses lèvres. Comme quand elle se roulait en boule dans son lit et que la douleur était insoutenable. La seule chose qu'elle arrivait à dire c'était le prénom de son fils, encore et encore. Jusqu'à ce qu'elle parvienne à s'endormir, pour se réveiller une ou deux heures plus tard. Mais cette fois-ci, elle ne laisserait pas la douleur prendre de telle proportion. Elle prit une inspiration et posa ses mains sur celle de Ruri. Elle ferma les yeux, incapable de soutenir le regard de son amie pour dire ce qu'elle avait à dire. « Il était à la garderie pendant la tempête. Un arbre est tombé, à briser une fenêtre et fait tombé une étagère. » Elle avait dit tout ça d'un ton monocorde, en y mettant le moins d'émotions possible. Mais pour le reste... Elle ne pouvait empêchée sa voix de se briser. « Tomàs était en dessous. » Elle pleura alors de plus belle. N'y tenant plus, elle se coula dans les bras de Ruri, inondant l'épaule de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarMESSAGES POSTÉS : 55
INSCRIT LE : 10/09/2014
AGE : 36


.
❧Curiouser & Curiouser

∞ journal intime
ÂGE: 32 ans
RP : open, envoie un mp !
RELATIONS:

MessageSujet: Re: RURI + Haven't thought of you lately at all Mar 23 Sep - 17:29

Avalon & Ruri.
Haven't thought of you lately at all.


Ava était restée figée dans mes bras et lorsque j'avais pris son visage entre mes mains j'avais vu les larmes couler sans retenue. Je savais qu'elle allait me citer un prénom. Parce qu'elle avait perdu quelqu'un, un être proche. Perdre quelqu'un vous marquait à vie mais perdre quelqu'un de proche vous écorche à vif. Ava avait visiblement le coeur brisé et il saignait à travers ses yeux. Je fixais son regard hanté en tentant de garder mon sourire et de ne pas tout simplement pleurer avec elle. Logan me disait souvent que mon côté sensible le faisait craquer...du moins au début. Je ne pouvais pas m'empêcher de souffrir avec les gens, et j'avais entre les mains une telle souffrance que seule la volonté d'être forte pour elle me retint de pleurer en même temps qu'Ava.

Dans un murmure elle prononça le nom de son fils « Tomàs... » J'en perdais mon sourire sous le choc, je sentais mes jambes légèrement trembler mais elles tirent bon. Ava ferma les yeux pour m'expliquer ce qu'il s'était passé. « Il était à la garderie pendant la tempête. Un arbre est tombé, à briser une fenêtre et fait tombé une étagère. » Ma tête bourdonnait, j'étais présente pendant cette tempète et je n'avais même pas pensé qu'il pourrait s'être passé une chose pareille. J'étais restée bloquée sur les réparations de ma boutique. N'ayant jamais eu le courage d'aller voir Ava alors qu'elle était si proche. J'avais honte. Quelle amie je faisais...Comment rattraper un temps déjà perdu. Je n'avais même pas pu lui parler. Plus jamais je n'aurais l'occasion de regarder les mêmes yeux clairs de Tomas, ceux qui ressemblent en tous points à ceux de sa maman. Je voulais arrêter chaque larme que je voyais couleur sur les jours de mon amie mais mes doigts refusaient de bouger. J'étais figée, tremblante et complètement assommée par les paroles d'Ava.  

« Tomàs était en dessous. » Avec sa dernière phrase annonçant clairement la mort de son fils, Ava baissa les armes pour me rendre mon étreinte laissant libre cours à son chagrin. Je n'avais plus de force nul part, mes jambes cédèrent et je m'agenouillais violemment au sol en entraînant Ava avec moi. Je la serrais contre mon coeur lui caressant les cheveux presque machinalement. Je ne savais ppas quoi lui dire alors je murmurais son prénom doucement, laissant les larmes, que j'avais retenue depuis son arrivée, enfin coulées le long de mes joues et de ma mâchoire pour finir leur course sur le sol. Comment Liam avait-il pris la nouvelle? J'espèrais qu'il tenait le coup pour soutenir Ava. Elle était si malheureuse qu'aucun mot ne réussir à sortir de ma bouche autre que son prénom. Je voulais dire quelque chose je voulais la rassurer lui dire que tout allait bien se passer. Mais un enfant était mort, mon dieu qu'aurais-je pu dire pour calmer sa peine. Qui étais-je pour dire que tout irait bien lorsque l'on perd la chair de sa chair. Je n'avais jamais pu expérimenter la maternité alors je ne pouvais tout simplement pas l'aider. Je me sentais inutile, complètement abrutie par la douleur ambiante...Alors je la laissais pleurer la serrant toujours contre moi et lui caressant les cheveux avec toute l'affection que je pouvais.

Quelques instants plus tard je réalisais que nous étions toujours sur le sol de l'entrée. A la vue de tous. Heureusement il n'y avait eu personne pour venir troubler leur moment de douleur partagée mais il était temps pour nous de bouger ailleurs que sur le sol. Je retrouvais mes esprits assez pour me souvenir que je pouvais lui offrir une place dans un fauteuil confortable, une tasse de thé bien chaud et l'oreille attentive d'une amie si elle en voulait. Alors je l'aidais à se relever avec moi et lui murmurais gentiment tout en essuyant de mon pouces les larmes perlant encore à ses yeux: "Viens Ava, allons à l'étage je vais te faire du thé. Allons nous asseoir en haut."

Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarMESSAGES POSTÉS : 39
INSCRIT LE : 10/09/2014


.

∞ journal intime
ÂGE: 32 ans
RP : open, envoie un mp !
RELATIONS:

MessageSujet: Re: RURI + Haven't thought of you lately at all Jeu 25 Sep - 17:19


Ruri & Avalon
    haven't thought of you lately at all

Elle se détestait à craquer comme ça. Où était donc passée cette femme forte qu'elle pensait être. Celle qui s'était battue pour sa carrière, pour son fils. Qui avait quitté la seule vie qu'elle connaissait pour en construire une autre ici. Elle ne la retrouvait plus, ne se reconnaissait plus. Sans doute pour ça qu'elle ne devrait pas être aussi étonnée que les gens remarquent directement qu'il y avait un problème. Pourtant, c'est bien en étant pris par surprise par l'expression de Ruri qu'elle craque et fond en larme dans ses bras. Elle finit par sentir son amie l'attirée au sol et elles se retrouvent agenouillés au sol. Ruri caresse ses cheveux, murmurant inlassablement son prénom. Ava finit par sentir quelque chose de mouillée dans son cou. La brune aussi s'est mise à pleurer. Mais au lieu de calmer le médecin, cela ne fait que décupler ses larmes. Cela cesserait-il un jour ? Tout le monde lui disait que la douleur finirait par se calmer, par devenir supportable. Mais c'était loin d'être le cas. Pour elle, cette douleur était un océan. Elle avait des moments où les vagues étaient calmes et venaient juste fouetter ses orteils et d'autres où les vagues la submergeaient totalement, emportant tout sur leur passage. Et quand elle pensait qu'elle ne pourrait pas supporter une vague plus violente, elle découvrait que finalement, il y avait encore pire. Et il semblait maintenant que la douleur n'avait pas de limite. Quand elle travaillait aux urgences, il y avait une question qu'elle posait souvent à ses patients. Elle leur demandait d'évaluer leur douleur sur une échelle de 1 à 10. Elle pouvait dire maintenant que c'était une question bien subjective. Elle pensait avoir atteint le 10 avant de découvrir, qu'il y avait également un 11 et un 12. Cela ne s’arrêtait jamais et l'échelle de 10 était bien petite comparé à l'immensité de la douleur.

Il lui fallut un bon moment pour calmer les sanglots. Ruri l'aida à se relever. Avalon prit conscience de où elles étaient. Elle venait de craquer au milieu d'un public, alors que n'importe qui pouvait la voir. La douleur pouvait prendre le contrôle de tout, sans même que l'on s'en rende compte. Elle se concentre de nouveau sur son amie, qui essuie ses larmes du bout des doigts. « Viens Ava, allons à l'étage je vais te faire du thé. Allons nous asseoir en haut. » Ava hocha de la tête pour dire signifier qu'elle était d'accord. Elle était encore incapable de parler sans que cela ne ressemble à un croassement coincé dans sa gorge. Elle reste néanmoins accroché à son bras et la suit dans les escaliers. Ruri la laisse dans un fauteuil. Sans doute pour faire ce thé dont elle lui a parlé. Avalon remonte alors ses jambes contre elle avant de les entourés de ses bras. C'était plus fort qu'elle. Dans un lit, elle se mettait toujours dans une position de fœtus, ramassé sur elle. Elle avait l'impression -sans doute fausse, elle en avait conscience- que recroquevillée sur elle-même, la douleur était moins violente. Plus soutenable. Et puisque c'était une douleur mental, elle pouvait bien utilisée n'importe quel moyen pour se sentir mieux.

Ruri ne tarda pas à revenir avec deux tasses fumantes. Avalon se saisit de celle qu'elle lui tendait. « Merci. » Elle ne savait même pas quel parfum elle lui avait pris et dans le fond, s'en fichait un peu. Elle appréciait surtout la chaleur de la boisson, pas vraiment le goût. C'était la même chose pour le café, qu'elle buvait en quantité industrielle dernièrement. Elle ne sentait même plus le goûts. Elle profitait juste de la caféine dans son organisme et de la chaleur qui semblait ranimé chaque parcelle de son corps endoloris. Elle fit tourner sa tasse entre ses mains avant de trouver le courage de relever son visage vers Ruri. « Je t'offre de pathétique retrouvailles, hein... » Surtout qu'elle forcait la jeune femme à vivre un deuil qu'elle n'était pas obligé de connaître. Tomàs avait à peine quelques mois quand Logan avait été mis en prison. Et au même moment, Ruri avait quitté leurs vies. Tom n'avait connue Tata Ruri que par les vieilles photos qu'Ava gardait sous son lit. Et celle qu'elle avait tout de même garder dans son salon. Celle du jour de la naissance de Tomàs, à l'hôpital. Tout le monde était sur cette photo, Liam, Logan, son père et Ruri. La seule photo de sa famille telle qu'elle la voulait, qu'elle possédait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarMESSAGES POSTÉS : 55
INSCRIT LE : 10/09/2014
AGE : 36


.
❧Curiouser & Curiouser

∞ journal intime
ÂGE: 32 ans
RP : open, envoie un mp !
RELATIONS:

MessageSujet: Re: RURI + Haven't thought of you lately at all Jeu 25 Sep - 20:12

Avalon & Ruri.
Haven't thought of you lately at all.


Nous étions montées ensemble et je l'avais laissée juste le temps d'aller nous préparer deux bonnes tasses de thés bien chaudes. J'avais choisis un thé doux et léger, un thé que je prenais souvent le soir avant d'aller dormir, je trouvais que les arômes délicats de canelle avaient tendance à calmer les nerfs et à détendre. Vraiment mon Ava était à bout de forme et complètement à plat, les nerfs elles n'en avaient plus. Il lui fallait du repos et il lui fallait quelqu'un pour l'aider à s'apaiser assez pour se reposer quelques heures.

En revenant sur la mezzanine je la trouvais recroquevillée sur le fauteuil les yeux perdus dans le vague. Je n'avais aucun moyen de lui offrir un peu de paix. Je lui donnais ma pauvre tasse de thé pour seul réconfort et m'installant tout près d'elle. « Merci. Je t'offre de pathétique retrouvailles, hein... » Je secouais négativement la tête, le nez dans ma tasse je me penchais assez pour cogner doucement son épaule, comme pour lui dire que ce n'était que des idioties. Elle était là, nous étions ensemble, comme avant et ça c'était le plus important. Je réfléchissais à ce que je pouvais faire pour la rassurer, elle sirotait son thé en silence. J'eu alors une idée. Je me souvenais qu'au tout début de notre amitié je lui lisais des passages de livres que j'avais lu et qui m'émouvais, et comme les livres ça n'avait jamais été son truc elle finissait toujours pas s'endormir et moi je finissais ma lecture en silence complètement plongée dans l'histoire. C'était une chose qui nous faisais souvent rire toutes les deux mais nous avons cessé de le faire seulement lorsque je finis par passer mes nuits avec Logan plutôt qu'avec elle.

"Je reviens ma belle ne bouge pas." Je partis en direction du comptoir ou je gardais cacher, dans une malle rouge, mes plus vieux journaux intimes. Je choisissais deux au hasard, le plus vieux que je possédais un et plus récent et remontais retrouver ma chère amie. Me recollant contre elle j'ouvris le plus vieux des carnets et commençais ma lecture, me replongeant dans de beaux souvenirs.

"Premier jour à Dublin, ici il fait froid et il pleut tous les jours on dirait. Heureusement que les gens au lycée sont cools. J'ai rencontré une fille, elle s'appelle Avalon mais elle m'a dit de l'appeler Ava. Elle est super belle et super drôle! Elle a passé sa journée à me raconter des ragots sur les élèves de la classe! Mais j'étais tellement morte de rire! J'espère vraiment qu'on sera des amies!!

ps: J'ai remarqué un mec..un homme...un dieu...mon coeur a failli exposer!!"


Je lançais un regard plein de douceur et les larmes aux yeux d'émotions vers Ava, c'était la première fois que je l'avais vu et la savoir à côté de moi aujourd’hui me rendais si heureuse que je le laissais transparaître librement dans mon regard et dans mon sourire. Puis je tournais la page et continuais ma lecture.

"NAN MAIS J'Y CROIS PAS!! AAAAAAAAHHHHH!!! Attends je t'explique!! LE MEC QUI ME PLAIS: C'EST LE FRERE D'AVAAAAAAAAAAAA!!!! Ah mon dieu j'en croyais pas ma chance quand elle me l'a dit trop normal quoi: "nan mais...Ruri! C'est mon frère le grand naze là!" en le pointant du doigt!! et là tu sais ce qu'elle a fait?!!! ELLE LUI A DIT DE VENIR MANGER AVEC NOUS!!! Il est si beau!!! Je n'ai rien mangé de mon super repas que maman avait préparé avec amour pourtant tellement j'avais l'estomac dans les chaussures!! Il me plais encore plus et franchement je pense que c'est lui!!! Lui l'homme de ma vie! JE SUIS AMOUREUSE!"

Les larmes coulant doucement je continuais à tourner les pages au hasard et à lire à voix haute.

"Ava m'a invité à dormir chez elle hier, et on avait décidé que chacun ferait découvrir l'une à l'autre notre passion! Bon hier comme c'était à mon tour j'avais décidé de lui lire mon passage préféré d'Alice au pays des merveilles. Celui ou Alice arrive dans le pays et est toute perdue, un peu comme quand je suis arrivée à Dublin. Ava était mon lapin blanc ahahaha! Bon bref je lui ai fais la lecture du passage et j'avais presque finis le livre quand je me suis rendue compte qu'elle dormait comme une morte et moi j'avais continuée à lire toute seule. Bah ce matin elle m'a envoyé un texto pour s'excuser! C'était trop marrant!! J'espère qu'on sera amies pour toujours!!"

"Il m'a invité à sortir aujourd'hui et il m'a embrassé...Je voulais juste marquer ça. Le reste je veux le visionner dans ma tête encore et encore. Je l'aime!"

Changeant discrètement de carnet je l'ouvrais à la première page, je faisais un minimum de bruit et de mouvement pour lui laisser l'occasion, si elle le sentais, de se laisser bercer et de se reposer quelque instants, je veillais sur elle.

"Les temps sont durs en ce moment, mes parents me manquent, Avalon me manque. Logan et moi on reste tous les deux en permanence et j'ai parfois l'impression qu'on s’étouffe tous les deux. J'aimerais bien qu'on sorte avec des amis par exemple. Ça fait plusieurs jours que je me demande si je vais pas écrire une lettre à Avalon, je n'ai pas de nouvelles d'elle et je n'ai plus son numéro de téléphone. Mais je me dis qu'elle va peut-être penser que je l'ai abandonnée et que je ne suis plus digne d'être son amie. Du coup je ne sais pas comment formuler ce que j'ai envie de lui dire. Ava tu me manque. Est-ce que tu vas bien? Comment ça se passe avec Liam depuis le mariage avec Logan? Tes cheveux ont-ils poussés? Tu crois qu'on pourrait se voir un de ces quatre?... Je vais laisser tomber cette idée. C'est trop nul comme lettre."

"J'ai vu Tomas! C'est mon neveu! Mon dieu comme Ava est belle comme maman, avec Liam il était ravissant tous les deux. Le regard que Logan m'a lancé quand j'ai tenu Tomas dans mes bras, il semblait si triste. J'aimerais tellement avoir ce même bonheur grandir à l'intérieur de mon ventre. Mon dieu aidez moi à donner un enfant à mon mari. On a fait une belle photo de famille. Malheureusement c'est Avalon qui l'a gardée. Je l'ai serrée contre mon coeur et je lui ai dis bien peu de choses. En tout cas elle mérite d'être heureuse! Depuis notre retour à l'appart Logan s'applique à me faire de petites attention et me dire à quel point je serais une maman formidable. Il est vraiment adorable mais ce soir je vais devoir lui annoncer que mon test est encore négatif. J'ai peur de sa réaction. Tous les mois je cherche une façon de lui dire qu'il ne sera pas papa le plus gentiment possible mais je n'ai pas les mots je crois. Il est si blessé..."

Je m'accordais quelques instants de répit... tournant les yeux vers mon Ava blottie contre moi.

Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarMESSAGES POSTÉS : 39
INSCRIT LE : 10/09/2014


.

∞ journal intime
ÂGE: 32 ans
RP : open, envoie un mp !
RELATIONS:

MessageSujet: Re: RURI + Haven't thought of you lately at all Jeu 25 Sep - 23:31


Ruri & Avalon
    haven't thought of you lately at all

Ruri secoua la tête pour lui dire que non. Mais bon il fallait l'avouer, retrouvée une vieille amie pour fondre en larmes dans ses bras deux secondes après, on pouvait pas faire pire comme retrouvaille. Mais elle parvint à arracher un tout léger sourire à Ava en faisant taper son épaule contre la sienne. Comme avant, quand l'une des deux disaient une bêtise à l'autre.  Dans le temps, c'était souvent quand Avalon faisait une remarque sur son frère, juste pour le plaisir de voir Ruri rougir, comme l'adolescente qu'elle était à l'époque.

« Je reviens ma belle ne bouge pas. » Ava la regarda encore partir. Elle se mit à la contemplation de sa tasse de thé pour ne la relever qu'en entendant les pas de Ruri qui revenait vers elle. Elle fronça les sourcils en reconnaissant l'un des deux calepins. Elle l'avait vu assez souvent à l'époque du lycée pour savoir qu'il s'agissait de son journal intime de l'époque. Elle avait encore ça ? Et ici ? Elle n'avait jamais tenu de journal. Elle avait tenter une fois, mais sans succès. Elle préférait regarder des photos pour se souvenir. Sans doute pour ça qu'elle en avait autant sous son lit. Ruri s'installa près d'elle tout près. Puis ouvrit le premier des journals et se mit à lire. « Premier jour à Dublin, ici il fait froid et il pleut tous les jours on dirait. Heureusement que les gens au lycée sont cools. J'ai rencontré une fille, elle s'appelle Avalon mais elle m'a dit de l'appeler Ava. Elle est super belle et super drôle! Elle a passé sa journée à me raconter des ragots sur les élèves de la classe! Mais j'étais tellement morte de rire! J'espère vraiment qu'on sera des amies!! ps: J'ai remarqué un mec..un homme...un dieu...mon coeur a failli exposer!! » Ava eut un sourire plein d'émotion en regardant Ruri. Elle laissa finalement glisser sa tête sur son épaule, pour continuer à l'écouter. Comme à l'époque, quand Ruri lui faisait la lecture. Même si elle s'endormait presque toujours, elle avait toujours adoré ses moments. « NAN MAIS J'Y CROIS PAS!! AAAAAAAAHHHHH!!! Attends je t'explique!! LE MEC QUI ME PLAIS: C'EST LE FRERE D'AVAAAAAAAAAAAA!!!! Ah mon dieu j'en croyais pas ma chance quand elle me l'a dit trop normal quoi: "nan mais...Ruri! C'est mon frère le grand naze là!" en le pointant du doigt!! et là tu sais ce qu'elle a fait?!!! ELLE LUI A DIT DE VENIR MANGER AVEC NOUS!!! Il est si beau!!! Je n'ai rien mangé de mon super repas que maman avait préparé avec amour pourtant tellement j'avais l'estomac dans les chaussures!! Il me plais encore plus et franchement je pense que c'est lui!!! Lui l'homme de ma vie! JE SUIS AMOUREUSE! » Elle eut un autre sourire tout en essuyant une première larme qui perlait au coin de ses yeux. C'était bien son genre de traiter son frère de naze. Elle l'avait toujours fait. Mais affectueusement. Parce qu'en réalité, à l'époque, il était son héros. Le grand Logan, le grand frère que tout le monde lui enviait. « Ava m'a invité à dormir chez elle hier, et on avait décidé que chacun ferait découvrir l'une à l'autre notre passion! Bon hier comme c'était à mon tour j'avais décidé de lui lire mon passage préféré d'Alice au pays des merveilles. Celui ou Alice arrive dans le pays et est toute perdue, un peu comme quand je suis arrivée à Dublin. Ava était mon lapin blanc ahahaha! Bon bref je lui ai fais la lecture du passage et j'avais presque finis le livre quand je me suis rendue compte qu'elle dormait comme une morte et moi j'avais continuée à lire toute seule. Bah ce matin elle m'a envoyé un texto pour s'excuser! C'était trop marrant!! J'espère qu'on sera amies pour toujours!! » Elle avait l'impression de retourner à cette époque. De revivre cette soirée où elles n'avaient fait que rire, encore et encore. Son père avait même fini par monter, avec son regard de prof épuisé par la correction de ses copies pour leur demander un peu de silence. C'était presque trop, mais déjà Ruri reprenait. Ava ferma les yeux, comme si elle était en train de se bercer. « Il m'a invité à sortir aujourd'hui et il m'a embrassé...Je voulais juste marquer ça. Le reste je veux le visionner dans ma tête encore et encore. Je l'aime! » Logan avait vraiment out gâché entre eux. Ils lui donnaient tellement l'impression d'être un couple parfait. Elle avait presque faillit croire de nouveau au mariage avec eux. Mais cela n'avait pas duré.

Elle sentit Ruri bougé légèrement. Elle ouvrit les yeux, juste un peu, juste pour voir qu'elle changeait de carnet. « Les temps sont durs en ce moment, mes parents me manquent, Avalon me manque. Logan et moi on reste tous les deux en permanence et j'ai parfois l'impression qu'on s’étouffe tous les deux. J'aimerais bien qu'on sorte avec des amis par exemple. Ça fait plusieurs jours que je me demande si je vais pas écrire une lettre à Avalon, je n'ai pas de nouvelles d'elle et je n'ai plus son numéro de téléphone. Mais je me dis qu'elle va peut-être penser que je l'ai abandonnée et que je ne suis plus digne d'être son amie. Du coup je ne sais pas comment formuler ce que j'ai envie de lui dire. Ava tu me manque. Est-ce que tu vas bien? Comment ça se passe avec Liam depuis le mariage avec Logan? Tes cheveux ont-ils poussés? Tu crois qu'on pourrait se voir un de ces quatre?... Je vais laisser tomber cette idée. C'est trop nul comme lettre. » Avalon referma les yeux sous le coup. Emprisonnant les larmes qui ne demandaient qu'à s'échapper. Ce n'était pas elle qui n'était pas digne de leur amitié, c'était la blonde. C'était elle qui lui avait tournée le dos. Trop occupée à vivre son bonheur avec Liam. Elle avait alors commencé à espacer ses visites à son frère et Ruri. A tellement les espacés, qu'elles étaient devenus inexistantes. La culpabilité la prenait de plein fouet, méchamment, violemment. « J'ai vu Tomas! C'est mon neveu! Mon dieu comme Ava est belle comme maman, avec Liam il était ravissant tous les deux. Le regard que Logan m'a lancé quand j'ai tenu Tomas dans mes bras, il semblait si triste. J'aimerais tellement avoir ce même bonheur grandir à l'intérieur de mon ventre. Mon dieu aidez moi à donner un enfant à mon mari. On a fait une belle photo de famille. Malheureusement c'est Avalon qui l'a gardée. Je l'ai serrée contre mon coeur et je lui ai dis bien peu de choses. En tout cas elle mérite d'être heureuse! Depuis notre retour à l'appart Logan s'applique à me faire de petites attention et me dire à quel point je serais une maman formidable. Il est vraiment adorable mais ce soir je vais devoir lui annoncer que mon test est encore négatif. J'ai peur de sa réaction. Tous les mois je cherche une façon de lui dire qu'il ne sera pas papa le plus gentiment possible mais je n'ai pas les mots je crois. Il est si blessé... » Le cœur d'Ava se serra davantage. Elle aimait ce souvenir, elle le chérissait. Elle n'avait même pas eu conscience de ce qu'il pouvait représenter pour Ruri. Elle avait fait une pause dans sa lecture. La tête toujours posée sur l'épaule de son amie, Ava reprit la parole. A voix basse. Aussi basse qu'un murmure. « Je l'ai dans mon salon cette photo. Je t'en ferais une copie si tu veux. » C'était tout ce qu'elle pouvait lui offrir. Elle pouvait bien faire ça.

Avalon agrippa finalement le bras de Ruri, tentant de refréner ses larmes. Sans beaucoup de succès. « Je suis désolée. Je t'ai abandonnée. Je... » En fait, elle avait fini par abandonnée tout le monde. Ruri et Logan avait été les premiers. Puis elle avait quitté Liam. Quitté son pays. Il n'y avait que Tomàs qu'elle avait gardé, qu'elle avait couvé, protégé. Pour qu'on lui enlève aussi brutalement. Quelques part, elle devait le mériter. Elle déposa finalement un baiser -humide à cause des larmes- sur la joue de Ruri. « J'ai été la pire des amies avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarMESSAGES POSTÉS : 55
INSCRIT LE : 10/09/2014
AGE : 36


.
❧Curiouser & Curiouser

∞ journal intime
ÂGE: 32 ans
RP : open, envoie un mp !
RELATIONS:

MessageSujet: Re: RURI + Haven't thought of you lately at all Jeu 9 Oct - 14:29

Avalon & Ruri.
Haven't thought of you lately at all.


Je n'avais finalement pas réussis à la faire dormir mais du moins avais-je apaisé son corps pendant ma lecture. Je l'avais senti à la fois sourire et pleurer en écoutant mes écrits.
Il est vrai que j'aurai pu choisir une lecture un peu plus joyeuse pour nos retrouvailles mais j'avais pensé que lui prouver ma confiance en lui lisant mes carnets serait plus judicieux. Elle était si malheureuse que je ne pouvais rien faire d'autre que de simplement être là pour lui essuyer les joues et la prendre contre moi comme à l'époque ou nous nous sommes connues.

L'amitié, cette chose si précieuse que l'on crée avec une autre personne, c'est vraiment quelque chose à chérir chaque jour. Et malheureusement les circonstances ont fait que nous n'avons pas pu chérir celle-ci jusqu'à aujourd'hui. Mais des vraies amitiés, fortes et immuables, il en existe très peu mais néanmoins on sait les reconnaitre. Nous avons beau ne plus nous être vues pendant plusieurs années, nous voilà assises toutes deux presque enlacées à partager ces moments qui nous ont liées pour le passé. Des moments qui, je peux bien le voir maintenant, nous lient toujours en ce moment. Nous n'avons jamais cessé d'être des amies proches. Nous avons simplement passé notre temps autrement qu'ensemble. Mais ce lien, jamais il ne sera brisé. Il est immuable.

Une fois que je fus arrivée au passage de la maternité, ce fut difficile pour moi de garder un timbre de voix identique, ce passage m'avais chamboulée à l'époque, il m'avait rendue fière heureuse et un peu jalouse mais aujourd'hui il me rendait malade. Il n'était plus là pour lui tenir la main ni pour lui sourire, comment pouvais-je être encore aujourd'hui jalouse de cette situation. Ma pauvre Ava ne méritait pas de subir une telle douleur. Je ne pouvais simplement qu'essayer d'imaginer la souffrance de perdre un enfant, un bout de soi. Je pense que je ne pourrais jamais vraiment comprendre. A la fin de ma lecture, Ava se décida à parler la voix encore enrouée de larmes « Je l'ai dans mon salon cette photo. Je t'en ferais une copie si tu veux. » Je tournais mon visage vers mon amie dévastée et tout en lui offrant mon plus beau sourire, qui était vraiment sincère parce que cette photo j'aurais tellement aimé l'avoir pendant toutes ces années qu'avoir la chance de la posséder aujourd'hui effaçait tous ces regrets. "J'adorerais avoir une copie merci."

Elle m'agrippa le bras comme si j'étais une bouée qui allait pouvoir l'empêcher de s'enfoncer dans les eaux noires du désespoir et j'agrippais sa main en retour pour lui montrer que j'étais prête à être sa bouée ou son bateau si elle voulait. Elle m'avait tant manquée! « Je suis désolée. Je t'ai abandonnée. Je...J'ai été la pire des amies avec toi. » Sa phrase fut accompagnée d'un baiser léger sur ma joue. Cette déclaration me brisait le cœur. Elle n'était pas la seule fautive de notre éloignement, j'y avais plus que ma part de responsabilité et je ne sus pas quoi lui dire alors je l'entourais de mes bras et lui dis que j'étais désolée qu'elle n'y était pas pour grand chose et que ce qui était important, c'était aujourd'hui, nous deux.

J'eu tout de même un instant de lucidité, elle ne m'avait pas parlé de Liam, je la trouvais d'ailleurs trop silencieuse à son propos... Lui attrapant la main après notre câlin je lui posais finalement la question qui me torturait l'esprit: "Ava, comment va Liam? Est-ce qu'il va bi...enfin non il ne va pas bien, pas bien du tout même...comment va-t-il?"

Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


.

MessageSujet: Re: RURI + Haven't thought of you lately at all

Revenir en haut Aller en bas
 

RURI + Haven't thought of you lately at all

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Get Tough

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DIRT ROAD DIARY :: lakeview :: west :: Read Me-